C’est incontestablement l’une des révélations Pop/R&B de l’année 2020. À travers le succès triomphant de son tube My Salsa, certifié single de diamant, Franglish a su s’imposer comme l’un des hitmakers de l’été 2020 et comme l’une des têtes d’affiche de la nouvelle vague Rap/R&B française. Le « Chris Brown français » comme le surnomment certains fans, n’en est toutefois pas à ses premiers pas dans la musique. À l’occasion de la sortie de son nouvel album, Bunkaland vous propose un retour sur l’ascension fulgurante de cet artiste aux multiples talents.

Franglish, le plus américain des rappeurs français

Franglish, de son vrai nom Gédéon Mundele Ngolo est un chanteur-rappeur français d’origine congolaise, né en 1994 dans le 20è arrondissement de Paris. C’est à travers la danse qu’il a fait ses premiers pas dans le milieu, au tout début des années 2010. Bercé par le rap français et américain, il fait ses marques en écrivant d’abord des textes en anglais, d’où le surnom « Mr Franglish » que lui a attribué son entourage. En 2011, à l’époque sous le blaze de Gezzy, il se lance en sortant son tout premier clip sur Youtube, cette fois-ci en français. Dès lors, l’influence américaine, tant au niveau du flow technique que visuel, est déjà plus que visible et fait sa singularité.

S’en suit alors une série de mixtapes aux univers rap/trap plutôt sombre, d’abord avec The Franglish Prototype en 2013, entièrement produite par Richie Beats, puis Changement d’Ambiance. Le rappeur est alors en pleine construction d’une identité artistique déjà bien marquée, mais qu’il ne cessera de peaufiner.

Le déclic : de Mr Franglish à Franglish, le départ d’une ascension fulgurante

En 2016, sort le titre Oh Yeah en featuring avec Lefa. Ce morceau solaire, festif et complètement dans la tendance du moment atteint le million de vue en quelques mois ; un succès qui lui permet alors de gagner en visibilité et le pousse à désormais consacrer tout son temps à la musique. Durant l’été, il partira alors en tournée dans toute la France en tant que backeur de Lefa, avant d’enchainer sur ce qui deviendra l’un de ses plus gros succès … le morceau C’est plus l’heure, sur lequel on retrouve Dadju & Vegedream (Vegeta à l’époque) comptabilisant aujourd’hui plus de 72 millions de vues. Le morceau s’inscrit en plein dans la tendance afro du moment. Il représentera alors pour lui l’ouverture d’un nouveau créneau artistique, à mi-chemin entre le r&b, l’afro et le rap. De ce tube, s’en est suivi une longue série de scènes et de showcases, qu’il parviendra à alimenter en sortant régulièrement de nouveaux morceaux, festifs pour la plupart et dont les thèmes abordés sont en majorité les relations de couples.

« Signature », c’est le nom du 3è projet de Franglish, qui décide de retirer le « Mr » à son pseudo. Cette mixtape de 18 titres, portée par le hit Bébé Na Bébé, nous présente un artiste en évolution et en pleine transition, entre le rap de ses débuts et le chant. Côté business, il travaille en famille avec son frère Joss Stinson comme manager, au sein du label Lutèce Music chez Universal.

La sortie de l’album « Monsieur », ou l’établissement d’un artiste accompli

Franglish - Monsieur [COVER/TRACKLIST] @mrfranglish [COVER]  https://www.hiphop-spirit.com/album/franglish-monsieur/2721 | Album covers,  Hip hop albums, Album
Pochette de l’album “Monsieur”

Nous sommes en avril 2019 lorsque voit le jour le 1er album de Franglish, intitulé « Monsieur ». Le chanteur parisien passe un cap et devient désormais un artiste confirmé qui ne cesse d’enchaîner les tubes, produits par MKL ou encore Still Nas. De Donna Imma, à Oui ça va, en passant par Comme ça, Franglish vise dans le mille à chaque nouveau single. L’ambianceur, qui ne voit « pas de frontières dans la musique », sait également se montrer plus introspectif et n’hésite pas à se livrer quand il en ressent le besoin, comme sur le titre bouleversant Mama, dédié à sa mère décédée. Toujours dans une démarche de partage, il multiplie les collaborations : Dadju, Keblack, Vitaa, Abou Debeing, Soolking, Imen ES, Alonzo … jusqu’à sa fille Baby Glish, sur le très touchant Petit Diamant. Face à ce succès, l’album Monsieur est naturellement suivi d’une réédition 7 mois plus tard ; 8 titres portés par le single À cause de toi, qui combleront ses fans de joie et emmèneront le projet jusqu’au disque d’or.

« Mood » :  Aux prémices de la conquête du grand public ?

Désormais en route vers le 2ème album, le coronavirus vient fausser les plans du « Monsieur ». Un mal pour un bien, puisque le confinement sera alors l’occasion de voir naître un EP « Mood », qui servira de transition vers le prochain album. Ces 8 morceaux auront résolument fait de Franglish la révélation de l’année. D’abord Biberon, en feat avec Tiakola & Leto, puis le phénomène My Salsa, en compagnie du rappeur Canadien Tory Lanez, Franglish affole tous les compteurs. Il apparaît comme un artiste complet maîtrisant parfaitement son art. En effet, outre son brillant rôle d’acteur dans la série Or Noir, le chanteur a désormais pleinement intégré la danse à son personnage et le résultat est du moins que l’on puisse dire, remarquable. La comparaison avec Chris Brown est ainsi très défendable ; quand bien même celle-ci soit plaisante, elle reste bien trop présomptueuse à ses yeux. Fidèle à sa diversité musicale, il n’hésite pas à se prêter au jeu des nouvelles tendances et à prendre des risques quant à ses choix artistiques, comme sur le remix de Mauvais Garçon avec Kaaris ; une première pour lui sur un gros morceau drill dans lequel Franglish revient à ses fondamentaux. Le challenge est encore une fois relevé avec brio.

En direction du deuxième album …

Après quelques mois de calme, ponctués par quelques apparitions en featuring (Lyna Mayhem, Ya Levi, Karl Wine …), Franglish, toujours aussi à l’aise quand il s’agit d’aborder les sujets de séduction, a fait son retour en solo avec un le single Bonnie and Clyde. Premier extrait de son deuxième album, ce clip qui regroupe acting, danse et bien évidemment musique, prouve une nouvelle fois l’étendue du talent de l’artiste.

Suivi juste derrière par le hit Baby Mama et d’un freestyle rap (Freestyle Caviar), Glish a clairement occupé la toile durant ses semaines de promotion d’avant sortie, et ce notamment grâce à une annonce d’album dévoilée à travers 2 teasers humoristiques, révélant la pochette et la tracklist du projet. De quoi faire saliver ses fans…

Franglish dans une bonne « Vibe »

« Vibe », c’est le nom du 2è album. Sur celui-ci, le hitmaker s’est une nouvelle fois très bien entouré puisqu’on peut y retrouver un casting digne des Avengers : Aya Nakamura, Fally Ipupa, Hamza, M Pokora, MV, et … le géant américain Tyga.

Album "VIBE" par Franglish⋆ Musique Urbaine

Dès l’intro de l’album, Franglish semble avoir tenu à rappeler son background musical. En effet, sur Glish VS Glish, on peut le voir se mettre en scène dans un dialogue face à lui-même, ou plutôt, face à sa version américaine. Le deux alter égo se répondent à coups de couplets rap égotrip où flow et attitude sont les mots d’ordre. Une intro très surprenante, puisque ce sera la première fois que son public l’entendra véritablement rapper en anglais, du moins au-delà de quelques gimmicks.

Dès la suite de l’album, le rap à l’état pur disparaît sans surprise pour laisser place à la mélodie sur des beats beaucoup plus dansants. Cependant, l’influence hip hop reste toujours très présente dans une grosse partie de ses morceaux, notamment sur le featuring avec Hamza, Slide. Les deux artistes prennent plaisir à flamber et bomber le torse sur une prod drill signée Nyadjiko et Takeshi (son frère), et le moins que l’on puisse dire est que la vibe positive est plutôt communicative. De la drill, il y en a également sur Shatta, le track suivant. C’est véritablement le banger du projet. Il apporte ce côté plus sombre et urbain, peu présent sur le reste de l’album. Le manque d’autres sons comme celui-ci peut être regretté par ses supporters de la première heure, car en effet, la suite du projet est bien plus mélodieuse et festive. Une direction artistique éventuellement contestable par les amateurs de rap, bien que largement minoritaires face au reste de son public conquit suite au précédent album. D’autant plus que cet album, en partie de par sa période de sortie, était attendu comme l’un des gros albums de l’été, surtout après ses hits de l’été précédents. C’est sûrement l’une des raisons pour laquelle l’ambiance solaire et dansante est alors très naturellement présente.

Franglish – Slide (feat. Hamza)

Un autre point à souligner est la présence de morceaux Afro, beaucoup plus franchement assumés. Le titre Motema, mais surtout Est/Ouest avec le légendaire Fally Ipupa en est un bel exemple. Ce morceau, avec un air inspiré de la traditionnelle rumba congolaise et de quelques paroles en lingala, représente sans doute le premier vrai hommage musical de Franglish à ses racines congolaises. C’est en effet la première fois qu’il va pleinement dans ce créneau et qu’il ne se limite pas à quelques sonorités africaines dans les mélodies ou les percussions. Mélodies vocales et de guitare, rythmique des percussions, dialecte, couplet de Fally, dédicaces à la fin … bref, cette fois-ci tout y est pour enfin rendre un superbe hommage à la musique africaine sur l’un de ses albums.

Outre la révélation de Franglish auprès du grand public, 2020 a également été marqué par une sorte de « retour » du R&B en France, du moins d’une nouvelle forme de R&B, modernisée, dont ce dernier est l’une des figures principales. En tout cas, c’est ce que fait rappeler le morceau Baila, en featuring avec Mat Pokora. Des sonorités old school qui rappellent le début des années 2000, où le R&B vivait son âge d’or en France. Ce côté old school est lui aussi présent, que ça soit sur Bonnie & Clyde ou encore Tonight, qui lui se rapproche par ailleurs également de la funk.

La principale différence avec l’album Monsieur est l’absence de mélancolie et de profondeur dans l’ensemble du projet. Mise à part des thèmes plutôt négatifs sur les deux derniers tracks, la mélancolie n’y figure pas vraiment, du moins au niveau musical. Ce sont la festivité et la bonne humeur qui dominent très franchement. Il en est de même pour l’introspection qu’il a totalement mis de côté sur ce projet, pour laisser place à des thèmes relevant presque toujours des relations de couple. Une absence regrettable pour certains, bien que cohérente avec l’atmosphère actuelle, à savoir, début de l’été, réouverture des clubs et ambiance de déconfinement. La redondance au niveau des thèmes pourrait en effet lasser certains auditeurs. Cependant, la variété et l’éclectisme musical devrait prendre le dessus et permettre de faire défiler les 17 tracks sans interruption.

Enfin, impossible de terminer sans parler de la folle collaboration avec l’américain Tyga sur Okay. Après le succès phénoménal de son titre avec Tory Lanez, Franglish tente le doublé vers un deuxième carton sur un son français/anglais. Une performance bien plus difficile à réaliser que ce que l’on pourrait croire, car oui, la présence d’un gros nom international sur un track est loin d’être suffisante pour en faire un véritable hit et rares sont les exemples de collaborations France/Amérique ayant réellement laissé une trace. Sur Okay, Tyga, fidèle à lui-même, lâche en toute légèreté un couplet rap qui saura faire bouger les nuques. Glish, lui a opté pour un couplet quelque peu plus mélodieux, avec des ambiances américaines et un refrain en toute détente sur une prod chill de Still Nas, entre Hip hop et R&B. Là aussi, un petit air rétro nous ramène une petite décennie plus tôt. Le tout donnant un titre potentiellement radiophonique et à l’ADN d’un vrai tube, comme la plupart des morceaux du projet.

Franglish – Okay (feat. Tyga)

En effet, Franglish et son équipe de chez Lutèce Music auront l’embarra du choix concernant le prochain single à mettre en avant, vu le nombre de prétendants au prochain hit. Slide, Baila, Tonight, Okay, … sans parler du très beau morceau Sans Moi avec Aya Nakamura, la majorité des titres ont un véritable potentiel commercial. L’artiste aura su proposer un tracklisting riche en musicalité et capable de parler à un public extrêmement varié.

Au vu des premiers retours de son public, l’objectif est atteint, sans aucun doute. À vous désormais de vous faire votre avis sur cet album ; en tout cas, il s’agit d’un véritable blockbuster qui promet déjà de tourner tout l’été ! C’est « Vibe » de Franglish et c’est disponible dans les bacs et sur toutes les plateformes de streaming depuis ce vendredi 9 juillet.

franglish.lnk.to/Vibe

Paul Mouallem

View all posts